Vous êtes tendu, asseyez-vous et respirez trois fois, en prenant conscience des mouvements internes qui découlent de cette simple action. Vous êtes maintenant détaché.
Parfois la rugosité quotidienne, de par son effet saturateur sur les cinq sens, se mêle à nos aspirations, aux images réconfortantes que l’on garde à portée de main, d’œil.

Comme une galerie personnelle et transportable, faite d’images et d’odeurs, de souvenirs et de fantasmes. Une galerie dans laquelle on puise des filtres colorés que l’on dispose devant son œil pour voir le gris bleuté, le gris jauni, rougi.

Costa Fatal est un trio. Quelques mots, la guitare, la batterie, la basse. Le trio désigne du bout du doigt la file d'attente interminable et attire l'attention sur le sourire franc de ce jeune poney qui distribue des tickets. Ce faisant, le trio exécute un petit pas de côté, puis un autre, en chaloupant doucement des hanches. Du jaune, du bleu, sur le gris.

COSTA FATAL sur le Web