Sam Karpienia chante un rugueux hors sol provençal distordu par des riffs en boucle de guitares électriques. Thomas Lippens aux percussions tribalise des bois ferraillés martelant la transe.
Contrebasse manu Reymond fait grincer et mordre de graves ostinatos à l’archet.
De la Crau un univers sobre, puissance contenue, mélodies traversées de poésies aux milles visages.

De la Crau (Sam Karpienia) sur le Web