Ulster Page - Du Rock Alternatif propret...

Chronique du EP "Young skin" (2015)

Si l'on se base sur la courte présentation BandCamp de ce groupe de Saint-Raphael, et que l'on lance la lecture de cet EP,  l'auditeur ne peux en aucun cas se trouver dérouté. Influences HardRock 70's, Scène de Seatle 90's et quelques touches psychédéliques... tout est là en effet. Et c'est peut-être bien là à la fois le point fort et le point faible de l'opus : Un professionnalisme indéniable et l'absence presque totale du petit supplément d'âme qui fait la différence, la petite touche inattendue.

Et il se pourrait que ce sentiment provienne en très grand partie de la production. On attendrait sans doute un grain un plus garage, un peu plus crade, moins estampillé Pop quoi, en partculier sur la batterie... un peu comme l'esprit Aerosmith des années 90 que l'on retrouve d'ailleurs un peu à l'écoute de "Sam".

Formation typique du Rock à 4 très bons musiciens avec deux guitaristes en résonnances mutuelles et ici une belle place faites au chant et aux choeurs, notamment "Young Skin" qui sonne du coup Soundgarden ou Pearl Jam jusque dans l'interprétation vocale. Un morceau qui a l'avantage d'avoir une entrée en matière surprenante, avant de ronronner doucement mais surement.

La prod' évite en revanche la surenchère de pistes, les 4 titres du EP sont construits pour être joués quasi à l'identique sur scène, mises à part quelques lignes lead ou acoustiques en sur-impression. Lignes leads plutôt bien foutues d'ailleurs, ni trop de technique, ni pas assez, le bon dosage.

"All around me" est une sorte de pastiche "Nirvanesque" revisitant les Doors (la touche psychédélique est d'ailleurs l'atout majeur de cette piste d'ouverture), l'ensemble ensuite revisité par Beck (refrain), au demeurant un titre terriblement efficace quoi qu'un peu suranné mélodiquement.

Le titre le plus intéressant est sans conteste "Young and Old". Mélodiquement plus doux et du coup moins marqué par les influences. On apprécie l'arrivée totalement impromptue du violoncelle, l'arpère de son clair aussi simple soit-il, donne une réelle couleur au morceau, le bottleneck ça et là.... Nous n'avons pas là l'éternel "slow"  indispensable à la production d'un album Alternatif de la dernière décennie du précédent millénaire. Le supplément d'âme espéré se fait discret, mais il est là!

On notera le rythme du clip accompagnant ce titre, en belle adéquation avec le tempo lancinant du titre. Un clip construit comme un court métrage, un peu cliché (jeu d'acteur, synopsys, et une nuit américaine approximative avec des ombres bien solaires), mais qui se laisse regarder avec quelques jolis travellings notamment.

Un opus manquant quelque peu d'aspérités mais au demeurant fort sympatique.

En découvrir plus sur Ulster Page

 

 

 

 

Partager

Commentaires