Lunch - Pur Punk et francophone

Chronique du EP "19 heures au Québec" (2013)

Il est toujours difficile de commenter les productions PunkRock. Tout simplement parce que, que le jeu soit carré et maitrisé ou non, que le son soit propre ou crade, tant que l'énergie et la gouaille sont là, le but est atteint.
A ses balbutiements, le mouvement Punk refusait d'être assimilé à tel ou tel genre pré-existant. Le terme PunkRock est donc par définition abusif, puisque les punks (je parle ici des musiciens inscrits dans le mouvement et non de la culture qui en a découlé), pensaient pouvoir TUER le rock devenu poussièreux et ronronnant. Là je suis plus dans la paraphrase de Johnny Rotten ou de Joe Strummer, que dans l'évocation d'un avis personnel.

Ce genre musical a eu le mérite de prouver au monde qu'il n'était pas nécessaire de savoir jouer de la musique pour en faire, ni même de savoir en produire pour en distribuer. La musique perdait son statut élististe. Pas étonnant alors, que des évènements comme "la fête de la musique", "les radios libres" ou les festivals multiples explosent 4 ou 5 ans après que le punk ait pris son envol. Le Pouvoir prenait la mesure du phénomène est tentait de s'y associer, pour mieux le controller sans doute. Mais c'est un autre débat.

Revenons à Lunch. En terme de prod', on est plus proche du Punk commercial d'Offspring que de l'"underground" des Sex Pistols aux origines. Le son est hyper léché, sans doute trop. Ca ne joue du larsen pratiquement que sur "Tes blessures, tes cicatrices". Les guitares sont parfaitement accordées, les lignes de basses jouent parfois à la tierce par rapport aux guitares et sont survoltées en terme de notes... Les breaks sont bien sentis et parfaitement nets. Les voix sont bien rocailleuses sans être gueulardes. Non ce n'est pas du Punk des "bas-fonds". Lunch c'est une affaire de vrais musiciens.

Si le groupe se choisit un identifiant anglophone, les textes sont bel et bien en français. Sans doute la raison pour laquelle on pense par moment à la Mano Negra. C'est incisif et bien écrit, un brin vindicatif et parfaitement balancés en terme d'interprétation.

Inutile de chercher quelque originalité que ce soit. Là n'est pas le propos. Lunch envoie du lourd jusque dans les breaks et ne perd jamais l'efficacité sur ces 4 titres de leur 3è EP (+ 1 LP) en 6 ans. Il faut dire qu'avec des morceaux de 2 minutes en moyenne, pas le temps de se noyer. Les amateurs du genre apprécieront grandement, les mélomanes trouveront sans doute à redire sans pour autant en dire du mal. Bref la routine du PunkBand qui s'assume et qui, de toute façon, se vit en live plus qu'au travers d'une chaine HiFi.

Discographie de Lunch disponible en PWYW

 

Partager

Commentaires